IJAMBO NGENDERWAKO RYA RUSAMA 2019: GUKUNDA IBIKORWA NO KUBIHA UMWANYA UKWIYE

SITE DU RESEAU CARITAS BURUNDI

Caritas Burundi, mobilisée pour donner la joie aux pauvres à l’occasion de leur journée

Envoyer Imprimer PDF

La deuxième journée mondiale des pauvres célébrée le 18 novembre 2018 a été fêtée partout par les membres du réseau Caritas Burundi. Des activités ont été organisées comme partage du repas, distribution des vivres et non vivres aux vulnérables ainsi du plaidoyer en faveur des pauvres.

Dans le diocèse de Ruyigi, SOPRAD Caritas- Ruyigi  s’est associée  aux pauvres de la succursale de Bweru de la paroisse de Rusengo où les Communautés Ecclésiales de Base ( CEB) avaient collectés des vivres destinés aux pauvres, comme signe de communion, sous l’éclairage des représentants des Caritas au niveau des communautés à la base. Etant donnés que les pauvres vivent dans la communauté, les membres des CEB doivent être mobilisées pour être attentif aux cris des pauvres. Après la messe présidée par l’Abbé Bernard Cubwa Secrétaire Exécutif de SOPRAD Caritas – Ruyigi, les représentants de cette organisation du diocèse de Ruyigi ont distribués du haricot et du riz à 60 pauvres choisis dans trente communautés ecclésiales de base de cette zone.

foto soprad pauvres 1Dans son discours, l’Abbé Secrétaire Exécutif de SOPRAD Caritas Ruyigi a félicité les Communautés Ecclésiales  de base  qui ont collecté les vivres dans  le souci de soutenir les pauvres de leurs milieux.  « La pauvreté est de plusieurs formes, il y a  la maladie, le traitement inhumain, le manque de justice équitable, l’insuffisance alimentaire, l’insuffisance intellectuelle, la paresse, etc… Ce sont des vices qui peuvent rendre pauvre tout être humain si on ne s’en débarrasse pas. Chacun a besoin de se développer en vue d’évoluer vers l’autosuffisance alimentaire. C’est une honte d’entendre qu’il existe encore des personnes qui meurent de faim dans un pays comme le nôtre, alors qu’il regorge des biens qui peuvent faire vivre ses citoyens »,  a-t-il martelé le Secrétaire Exécutif de SOPRAD Caritas Ruyigi.

 Il faut travailler pour lutter contre la disette et la pauvreté de toute sorte pour que chacun puisse se nourrir 3 fois par jour d’un repas complet, afin d’acquérir les forces nécessaires pour travailler. A cette même occasion, Soprad Caritas Ruyigi s’est associée aux personnes hospitalisées à l’hôpital Rema, en leur  donnant  une aide composée des vivres et des non vivres à donner aux plus pauvres. En plus, La SOPRAD CARITAS RUYIGI a payé les frais de soins de santé pour deux malades vulnérables hospitalisés au même hôpital.

                                                                                                                                                               Juvénal Ndayizeye

                                                                                                                                                                PF Communication

                                                                                                                                                            SOPRAD – Caritas Ruyigi

                                                                                                                                                        

oddbu pauvre 1Dans l’archi- diocèse de Bujumbura le personnel de l’ODDBU CARITAS BUJUMBURA avec l’équipe de la CARITAS NATIONALE se sont joints à la famille Chrétienne de la paroisse Kinama dans une célébration Eucharistique présidée par le Secrétaire Exécutif adjoint de l’ODDBU Caritas Bujumbura. Le curé de la paroisse KINAMA dans son homélie a insisté sur le message du saint père le Pape François. « Un pauvre crie, le seigneur entend ». Il a interpellé aux fidèles d’agir en faveur des pauvres chacun pour son compte, sans attendre ou assister et applaudir ce que l’autre fera pour un vulnérable. C’est le devoir de tout en chacun de venir en aide à son  prochain.

Après la messe, les cérémonies sont  poursuivi dans les enceintes de MADIOCARIBU/ MAISON DIOCESAINE DE LA CARITAS BUJUMBURA ; 100 Pauvres identifiés par la paroisse et CDS KINAMA qui accompagne les PPVVIH/SIDA ont fêté la journée mondiale des pauvres avec l’équipe de l’ODDBU, celle de Caritas Burundi et de la paroisse kinama.Des jeux sur l’importance des pratiques d’AGR SILC et la transformation du SOJA par les vulnérables ainsi que les mots du jour ont agrémenté la journée.

La remise des paquets remplis de 10 kg de riz, 5 kg de haricots, 3 kg de sucre, 2kg de farine pour bouillie et savons aux 100pauvres  a été réalisé par l’Abbé secrétaire Exécutif de l’ODDBU, l’Abbé Secrétaire Général Adjoint de Caritas Burundi et le Curé de la paroisse Kinama. Les Vulnérables étaient dans la joie, « aujourd’hui nous sommes honorés, je rentre vite pour que ma famille prépare une bonne nourriture. C’est le jour inoubliable pour toute ma famille » disait Niyonzima Dénis un des bénéficiaires. « Je suis très contente en cette journée, je suis bien rassasiée, et je rentre pour  nourrir mes petits-enfants que  j’ai laissé  à la maison car on m’a donné beaucoup de nourriture constitués du  riz,  du haricot et du sucre » disait encore Euphrasie Ndayikeza.

                                                                                                                                                                  Géneviève Ndayisenga

                                                                                                                                                                    PF Communication

                                                                                                                                                                    ODDBU Caritas Bujumbura

badec pauvre 1Dans le diocèse de Ngozi,  Badec - Caritas Ngozi   a effectué une descente sur la colline camugani où vive une communauté Batwa très deminue. Une distribution des vivres, savon et habits ainsi que le partage des limonades a été organisé à l’intention de ces vulnérables. BADEC Caritas – Ngozi a mobilisé les chrétiens de la province pour participer à cette journée des pauvres .Une bonne délégation composée des écoliers  de Michel archanges de Ngozi et de l'école sainte Bernadette, curé de la paroisse Ngozi ainsi que le personnel du BADEC-Caritas Ngozi. Pour soutenir les personnes détenues,  une visite dans la police judiciaire de kayanza a été organisée dimanche et une aide a été donnée aux détenus.

Marius Nkurunziza

PF Communication

BADEC Caritas Ngozi

Mise à jour le Lundi, 19 Novembre 2018 17:30

Caritas Burundi organise une conférence débat pour plaider aux pauvres à l’occasion de leur journée mondiale

Envoyer Imprimer PDF

Le réseau Caritas Burundi a organisé vendredi le 16 novembre 2018 une conférence débat à l’endroit des acteurs économiques et politiques et d’autres leaders pour échanger sur la situation de la pauvreté au Burundi. Les cérémonies ont été  ouvertes par Monseigneur Evêque du diocèse de Rutana en même temps, représentant légal suppléant de Caritas Burundi. « Quand le pauvre crie Dieu entend », tel est le thème de cette année tel qu’annoncé par son Excellence Evêque représentant légal suppléant.

confreAutour du thème , la situation de la pauvreté au Burundi , les invités à ce conférence constitués des représentant des services de l’Eglise Catholique au Burundi  et les autres acteurs ,ils ont listé les principales causes de pauvreté au Burundi. «  Les riches sont au redevable aux pauvres et il doit y avoir une redistribution des richesses dans le souci d’améliorer les conditions de vie des pauvres » tel était l’appel de Mgr à l’ouverture de cette conférence débat, avant de lancer un appel à tout le monde présent d’inviter au moins un pauvre à leur table dimanche, le19 novembre la journée proprement dite des pauvres.

Dans son exposé, le Directeur des programmes à la Caritas Burundi a montré que plus de 64 % des burundais ont un revenu inférieur à moins d’un dollars et 58 % des enfants de moins de cinq ans souffrent de la malnutrition grave qui entraine un retard de leur croissance. Ces indicateurs témoignent de la pauvreté extrême que vivent les ménages burundais.

Prenant la parole à leur tour, les participants ont signalé que les causes profondes de la pauvreté au Burundi sont essentiellement liées aux mauvaises politiques qui entraînent les guerres ainsi qu’un manque du leadership. Les changements de mentalités et la formation conscientisante est une condition pour que les burundais puissent sortir de la misère.

D’après Abbé Alphonse, Ndabiseruye , Secrétaire exécutif de l’ODDBU Caritas Bujumbura , nous sommes des pauvres  riches  , qui ont tout devant nous mais qui restent pauvres. La conférence a vu la participation d’un ancien président de la République Sylvestre Ntibantunganya qui a révélé que l’accès inéquitable aux services publics est un autre moyen de limiter les facteurs favorisant la pauvreté.

Pour soutenir les pauvres, les invités à cette conférence ont proposé également de sensibiliser les pauvres pour qu’ils exigent au gouvernement les  politiques en faveur des pauvres ou tout simplement Caritas Burundi s’engage dans  plaidoyer en faveur des politiques des pauvres.

Le Secrétaire Général de Caritas Burundi a clôturé la journée en discernant un prix à un homme d’affaire burundais qui s’est engagé à fournir les vivres à la Caritas Burundi, à donner aux pauvres. Il a par ailleurs promis aux invités que Caritas Burundi va désormais collecter des données régulièrement concernant la pauvreté pour alerter à temps.

Bulletin d'information de Caritas Burundi du troisième trimestre 2018

Envoyer Imprimer PDF

Chers lecteurs, nous sommes encore une fois ravi de vous présenter notre sixième bulletin  trimestriel d’informations qui vous relate les grands moments de témoignage  de solidarité et d’amour.ducation

 Notre bulletin coïncide avec  la fin des grandes vacances et le début de l’année scolaire dans tout le pays. Comme l’UNESCO le précise  dans son manuel intitulé, « le développement durable commence par l’éducation », « L’éducation est un moyen essentiel de réduire la pauvreté chronique. L’Éthiopie a réduit la pauvreté de moitié depuis 1995. Le relèvement du niveau éducatif, particulièrement faible dans les zones rurales, a fait la différence. Ainsi, entre 1994 et 2009, les ménages ruraux où le chef de famille avait terminé ses études primaires couraient 16 % moins de risques de vivre dans la pauvreté chronique ».Cette  préoccupation de l’éducation des enfants a été également soulevée par nos pères Evêques lors de la dernière Assemblée plénière de septembre 2018 à quelques jours de la rentrée scolaire. « Les Evêques déplorent la situation inquiétante qui prévaut dans plusieurs écoles de notre pays où s’observent des cas flagrants de tricherie,  de corruption ainsi qu’une tendance à la politisation du milieu scolaire. Les Evêques redoutent que la grande contribution que l’Eglise a toujours donnée en matière de l’éducation dans les écoles du Burundi risque d’être handicapée à cause du non-respect de la Convention scolaire entre l’Etat et l’Eglise Catholique. De même craignent-ils que la tendance à une législation très rigide dans le domaine scolaire, ne décourage les initiatives privées dans ce domaine ». Tel est le contenu du message des Evêques.

Mise à jour le Lundi, 12 Novembre 2018 06:44

Réunion de la Commission régionale de Caritas Africa à Kigali-Rwanda

Envoyer Imprimer PDF

Du mardi 23 octobre au jeudi 25 octobre 2018, se tient à Kigali au Rwanda, une réunion de la Commission régionale de Caritas Africa. La Commission régionale de Caritas Africa comprend les coordinateurs des 6 zones ecclésiastiques de la Région Africa de la Caritas, notamment la Zone ACEAC (Association des Conférences Episcopales de l’Afrique Centrale) qui regroupe le Rwanda, le Burundi et la RD Congo; la Zone ACERAC (Association des Conférences Episcopales Régionales de l’Afrique Centrale) qui regroupe le Cameroun, le Congo, la Guinée Equatoriale, le Gabon, la République Centrafricaine et le Tchad.

aceac 1

La Zone AMECEA (Association of Member Episcopal Conferences of Eastern Africa) qui regroupe l’Erythrée, l’Ethiopie, le Kenya, le Malawi, le Soudan, le Sud-Soudan, la Tanzanie, l’Uganda et la Zambie; la Zone CEDOI-M (Conférences Episcopales des Iles de l'Océan Indien et de Madagascar) qui regroupe les Comores, l’Ile Maurice, Madagascar et les Seychelles; la Zone CERAO (Conférence Episcopale Régionale d’Afrique de l’Ouest) qui regroupe le Bénin, le Burkina Faso, Côte-d’Ivoire, Ghana, Cabo Verde, Guinea Bissau, Guinée, Gambia, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone, Togo; et la Zone IMBISA (Inter-Regional Meeting of Bishops of Southern Africa) qui regroupe l’Angola, le Botswana, Lesotho, Mozambique, Namibia, Sao Tomé & Principe, eSwatini (ex-Swaziland), South Africa et Zimbabwe.

Après la prière d’ouverture prononcée par Msgr Dr Francis Ndamira, Vice-président de Caritas Africa et Directeur National de Caritas Uganda, la cérémonie d’ouverture a été marquée par deux allocutions, celle de Mgr Anaclet Mwumvaneza, Evêque du Diocèse de Nyundo au Rwanda et 1er Vice-président de Caritas Rwanda, et celle Mgr Gabriel Yaw Anokye, Evêque de Kumasi au GHana et Président de Caritas Africa. Etaient présents Msgr Pierre Cibambo, Assistant Ecclésiastique de Caritas Internationalis; Msgr Oreste Incimatata, Vicaire Général du Diocèse de Kibungo au Rwanda et ancien Secrétaire Général de Caritas Rwanda; M. Albert Mashika, Secrétaire Exécutif Régional de Caritas Africa et ses collaborateurs; l’Abbé Martin Nizeyimana, Secrétaire Général de la Conférence Episcopale du Rwanda; l’Abbé Jean Marie Vianney Twagirayezu, Secrétaire Général de Caritas Rwanda, et ses proches collaborateurs; les représentants de CRS et de Trocaire au Rwanda, et les coordinateurs pour la Caritas des différentes zones ecclésiastiques en Afrique.

Mise à jour le Mardi, 30 Octobre 2018 12:37 Lire la suite...

Le réseau Caritas Burundi évalue à mi-parcours le Plan Stratégique 2016 – 2019

Envoyer Imprimer PDF

Après plus de 2 ans que le réseau  Caritas Burundi s’est doté d’un plan stratégique de 4 ans, les membres du réseau se sont rencontrés dans la semaine du 22 au 26 octobre 2018 pour évaluer le niveau de réalisation des indicateurs fixés lors de l’élaboration de ce plan. Les responsables des programmes dans les Caritas diocésaines ainsi que le secrétariat national se sont rencontrés à Banga dans la province de Kayanza pour évaluer les réalisations de l’Eglise en matière de la charité.

Sur coaching et inspirations des autres Caritas membres de la confédération Caritas Internationalis , Caritas Burundi a élaboré un document de planification pour la période de 2016 – 2019. « Nous devons mettre dans l’avenir la personne humaine au centre de nos planification car le développement intégral de l’homme est notre souci » tel est l’appel du Secrétaire Général de Caritas Burundi Abbé Jean Bosco Nintunze lors de l’ouverture de cet atelier d’évaluation. Ce plan s’inspire des orientations stratégiques de Caritas Internationalis qui a pour mission de renforcer l’identité de Caritas et réduire la pauvreté  tel que rappelés par les Evêques africains lors des deux dernières rencontres organisées à Kinshasa.

eva

Ce plan stratégique qui fait objet d’évaluation est fait de 4 axes stratégiques .Il s’agit de l’identité Ecclésiale, urgences et accompagnement social, promotion de la santé et les ODD ainsi que la communication et le partenariat. Par rapport à ce plan, Caritas doit inspirer confiance aux chrétiens et à tous les burundais.

Les participants à cet atelier ont fait remarquer que ce plan avait aussi un objectif de connaître les problèmes communautaires et y apporter une réponse. Le Secrétaire Général de Caritas Burundi a rappelé que Caritas Burundi doit être capable de faire des analyses socioéconomiques  sur le degré de pauvreté et de vulnérabilité afin d’éclairer nos pères Evêques. « Il y a une indifférence de la misère des autres qui s’installe de plus en plus  dans notre pays et cela devient une cécité morale au regard du degré de misère des burundais, cela nous interpelle comme Caritas ». A ajouté Abbé Jean Bosco Nintunze Secrétaire Général de Caritas Burundi.

Par rapport au secteur de la santé et des Objectifs pour le Développement Durables, Caritas Burundi a évalué son apport dans le domaine de la santé (lutte contre le paludisme et de la santé en général). Cette organisation est engagée dans ce domaine et  beaucoup d’initiatives ont été planifiées pour l’intérêt de la population burundaise.

Les participants à l’évaluation du plan stratégique ont constaté que beaucoup d’activités planifiées ont été réalisées mais qu’il faut voir comment  pérenniser les projets réalisés en faveur des communautés pour éviter que tout partent avec les projets. Caritas Burundi étant une organisation de l’Eglise Catholique qui travaille avec les communautés, les membres des communautés devront être impliqués dans l’avenir  lors des planifications et des séances d’évaluation des plans.

Pour clôturer l’atelier, les membres du réseau se sont partagés des informations concernant  la prochaine journée des pauvres qui sera célébrée dimanche le 18 novembre 2018 et ont proposé des activités à organiser pour faire le plaidoyer en faveur des pauvres. Une journée de réflexion sur l’état de la pauvreté au Burundi sera organisée par Caritas Burundi et les Caritas diocésaines vont assister et partager le repas avec les pauvres dans les provinces. Les prisons et les autres  représentants des vulnérables dans les communautés seront impliqués. Le secrétaire Général de Caritas Burundi a clôturé l’atelier avec un mot d’accueil et d’encouragement  aux nouveaux secrétaires exécutifs  nommés récemment à la tête des Caritas diocésaines.

Mise à jour le Lundi, 29 Octobre 2018 10:55

Page 9 sur 20

REVE, VISION ET MISSION DE CARITAS BURUNDI

RÊVE: Nous rêvons d'une société réconciliée où la dignité humaine est suprême, les droits de chacun promus (particulièrement les plus pauvres, les exclus et les opprimés) et l'environnement respecté.
VISION: Etre une organisation forte et dynamique, capable de contribuer à l'avènement d'une société réconciliée. MISSION: Secourir les pauvres, sensibiliser les autres à l'amour des pauvres, appuyer le développement des ménages et des organisations des producteurs.