Ce n’est que dans la vérité que l’amour resplendit et qu’il peut être vécu avec authenticité. La vérité est une lumière qui donne sens et valeur à l’amour (Caritas in Veritate n° 3)

PHOTOS DES REALISATIONS DU RESEAU CARITAS BURUNDI

JA slide show

SITE DU RESEAU CARITAS BURUNDI

ODDBU Caritas Bajumbura lance une alerte en faveur de 800 ménages victimes des inondations

Envoyer Imprimer PDF

Le mois d’Avril 2018 a été caractérisé par de fortes pluies dans la plusieurs coins du pays. Les victimes  se comptent en milliers. Les quartiers périphériques de la ville de Bujumbura ont été plus touchés .ODDBU Caritas Bujumbura dénombre plus de 800  ménages qui ont touchés par les inondations.

Les pluies diluviennes de ces derniers  jours ont engendré des nouveaux vulnérables dans les paroisses de Kinama , Buterere et Gatumba dans l’archi diocèse de Bujumbura. Des centaines de maisons ont été détruit laissant les familles et leurs enfants sans abris.

altalt

Suite à cette catastrophe, les stocks de nourritures qui étaient constitués  par les ménages ont été emporté par les inondations, raison pour la quelle  les victimes demandent  une aide en nourriture et non vivres. Le matériel de couchage, les ustensiles de cuisines, les habits et d’autres objets qui étaient gardés dans les maisons  ont été systématique emportés par les eaux de pluies.

Caritas Burundi et Caritas diocésaine de l’Archi diocèse de Bujumbura ont procédé à l’identification des besoins ainsi que le nombre de bénéficiaires pour pouvoir mobiliser les bienfaiteurs.  Quelques quantités de nourriture ont été acheminées dans les zones touchées mais les besoins restent encore nombreux.

Les  personnes touchées par ces inondations crient à la solidarité car ils ont besoin des shittings pour abriter  leurs enfants surtout que les pluies continuent alors que les maisons  ont été détruites. A coté de la nourriture, les questions d’hygiène préoccupent les zones touchées. Suite à ces pluies, les latrines ont été démolies et les déchets se trouvent sur le sol ce qui pourrait entraîner des maladies liées à l’hygiène.  Les habitants des zones touchées  demandent aux organisations humanitaires et à l’administration  une aide pour la désinfection afin de limiter les dégats.

                         NDUWIMANA Généviève 

                        P.F Communication 

                        ODDBU CARITAS Bujumbura

Mise à jour le Mercredi, 02 Mai 2018 15:29

Caritas Burundi et CRS dans une séance de restitution à l’intention des chefs collinaires de Nyanza Lac et des bénéficiaires

Envoyer Imprimer PDF

Trois semaines après la distribution des non vivres à milles réfugiés congolais et retournés burundais dans les provinces de Makamba et Rumonge, Caritas Burundi et CRS  ont organisé une séance de restitution des résultats de la distribution. C’était une occasion aussi d’évaluer les besoins non satisfaits et faire un plaidoyer à ces vulnérables.

26 chefs collinaires de la Commune Nyanza lac , 5 bénéficiaires ainsi que les représentants de la paroisse  de Nyanza lac et de l’administration se sont retrouvés vendredi le 20 Avril avec Caritas et CRS pour évaluer l’apport de ces organisations de l’Eglise catholique aux réfugiés congolais non enregistrés par le HCR et les retournés burundais.

seanceseance 1

Chaque chef de colline a pris la parole pour remercier ces organisations et ont profité de cette occasion pour présenter les besoins humanitaires qui sont encore dans leurs communautés. Ils ont apprécié la manière d’identifier les bénéficiaires en collaborant avec l’administration et la paroisse Nyanza Lac qui a évité des tricheries.

Parmi les principaux problèmes signalés, il y a le phénomène des inondations qui a entraîné la destruction des maisons et d’autres infrastructures mais malheureusement, les populations n’ont pas été secourues. En tout l’administrateur de la  commune de Nyanza lac  avance plus  de 1300 maisons détruites jusqu’au mois d’avril 2018 suite aux inondations.

Malgré l’intervention de CRS et Caritas, les réfugiés congolais et rapatriés expriment un besoin de nourriture et des houes pour les burundais qui ont des terres à cultiver. Les réfugiés congolais ont exprimé un autre besoin celui de la protection surtout pour les enfants qui sont venus laissant leurs parents au Congo. Que ça soit les congolais et les burundais, tous ces vulnérables ont exprimé un besoin des soins surtout pour les femmes les plus vulnérables.

 

Mise à jour le Samedi, 28 Avril 2018 07:37

Caritas Burundi et World Vision lancent un projet pour le relèvement communautaire des plus vulnérables

Envoyer Imprimer PDF

Une quarantaine des  participants représentant l’administration de toutes les communes de la province de Muramvya et de Kayanza , le secteur agricole ainsi que les curés des paroisses se  sont rencontrés au chef lieu de la province de Muramvya au centre du Burundi pour procéder au lancement du projet de lutte contre l’insécurité alimentaire. Plus  de 2100 ménages seront assistés dans le cadre de ce projet qui est financé par le Ministère Fédéral Allemand de la Coopéaration et du Dévellopement.

mura ensemble

Tous les administrateurs ou leurs délégués de 5 communes de la province et 2 communes de la province de Kayanza ainsi que les responsables en chargé de l’agriculture dans les deux provinces se sont retrouvés vendredi le 13 Avril à Muramvya , une des provinces du Projet. 

Recueillir des contributions pour mieux orienter le projet ainsi que la mise en place  d’un comité de pilotage , tel était l’objet de la rencontre. Le discours d’ouverture a été prononcé par le représentant du gouverneur de la province de Muramvya. «  Nous vous remercions d’avoir choisi notre province pour ce projet de lutte contre l’insécurité alimentaire, c’est grande contribution à notre politique agricole qui vise la lutte contre la famine » a dit ce haut responsable de l’administration. Le conseiller du gouverneur de la province de Muramvya a noté avec satisfaction le partenariat de ces organisations qui ont accepté de travailler ensemble pour l’intérêt des vulnérables de Muramvya et Kayanza.

Le secrétaire général de Caritas Burundi qui a procédé également à l’ouverture a rappelé la préoccupation de Caritas qui est le bien être de la population burundaise. «  Nous avons toujours le souci de voir  le secteur agricole amélioré pour que les burundais aient de quoi manger .C’est pas hasard que nous sommes venus ici à muramvya et à Kayanza. Ce projet est l’extension d’autres projets comme PRADUR qui vise la promotion d’une Agriculture familliale Durable dans les zones à forte pression démographique et AREF pour l’amélioration et rentabilisation des exploitations familiales que nous exécutons dans cette zone. Nous sommes conscients que la région de Muramvya et Kayanza est une zone agricole par excellence. »  A-t-il souligné Abbé Jean Bosco Nintunze Secrétaire Général.

altalt

Les participants ont proposé que les bénéficiaires soient associés pour atteindre les résultats surtout en introduisant des contrats avec les personnes qui seront bénéficiaires des animaux pour pouvoir les encadrer correctement. D’autres propositions ont été faites notamment l’identification des bêtes et des semences qui peuvent s’adapter  facilement à la région.

Les invités à l’atelier de lancement ont proposé une composition d’un comité de pilotage qui sera faite des gouverneurs des provinces de la zone du projet, représentant de  Caritas, du secteur de la santé,  de l’agriculture ainsi que World Vision.

L’atelier a été clôturé par un message du représentant du gouverneur qui a bien salué cette initiative qui sera utile à sa province. «  La province de Kayanza est l’une des plus peuplées au Burundi, c’est pour cela qu’on a besoin des gens qui nous soutiennent pour encadrer nos paysans sur les pratiques culturales qui favorisent la productivité ». A conclu en interpellant les autres à sauvegarder les acquis de ce  projet et d’autres déjà initiés par Caritas dans la zone.

Mise à jour le Mardi, 17 Avril 2018 06:22

Caritas Burundi et CRS viennent en aide à 1000 ménages burundais et congolais du diocèse de Bururi

Envoyer Imprimer PDF

Suite aux conflits violents qui ont frappé la région de l’Est de la République Démocratique du Congo , près de 8 000 personnes se sont déplacés  vers le long du Lac Tanganyika. Une grande partie de ces burundais et congolais ont cherché des abris dans les ménages des burundais  et d’autres ont loué de petites maisonnettes dans les villes de Rumonge et Nyanza lac au sud du Burundi mais, ils éprouvent des difficultés pour pouvoir survivre. Des maisons sans équipements, sans matériels de couchage  et d’autres n’ont pas des habits surtout les femmes et les enfants. Tels sont les  quelques besoins exprimés au mois de février 2018.

altalt

Pour répondre à l’appel lancée par  les administratifs,  les réfugiés congolais et les rapatriés Caritas Burundi en partenariat avec CRS ont organisé une activité en faveur de ces vulnérables. Il s’agit d’une distribution des non vivres pour 1000 ménages des  burundais retournés spontanément et des réfugiés congolais qui sont venus au Burundi fin janvier 2018. Dans la paroisse de Nyanza lac, plus de 480 burundais  et plus de 270 ménages congolais ont été assistés tandis que dans la proisse de Rumonge CRS et Caritas ont assistés plus de 80 burundais et plus 150 réfugiés congolais.

Un kit composé des casseroles, des bâches, des nattes, des ustensiles de cuisine et  du matériel de couverture et de couchage ont été donnés  à ces vulnérables. Pour avoir le nombre de 1000 bénéficiaires, les Caritas paroissiales de Rumonge et de Nyanza lac ont impliqué  les Communautés Ecclésiales de  base de Caritas ainsi que les administratifs dans le choix des plus nécessiteux.

Dans son mot d’ouverture des activités de distribution, l’administrateur de la Commune Nyanza lac a remercie ces organisations  de l’Eglise Catholique qui témoigne l’amour aux vulnérables. « C’est un cadeau au moment opportun, dans la semaine sainte, on recevait chaque jour des sollicitations des vulnérables au niveau de la commune qui nous demande secours, nous remercions Caritas et CRS »  a dit cet administratif.

altalt

C’est une grande joie de la part des bénéficiaires qui n’ont jamais eu d’assistance depuis leur première arrivée au Burundi. « Une famille burundaise m’a donné abris mais, il m’était difficile d’avoir des couvertures et des casseroles, je suis très contente de cette kit et j’ai été surprise de me voir assister alors que je suis musulmane », je dis merci seigneur pour avoir aidé à la création de Caritas et CRS. Dieu m’a répondu dans cette période de la semaine sainte.

Toutefois même si ces 1000 ménages ont bénéficié des non vivres, les besoins qui restent à satisfaire pour les biens de première nécessité sont nombreux .Beaucoup d’entre eux manquent de la nourriture ainsi que les outils de production comme la houe  pour les burundais. Ils lancent tous un appel à d’autres bienfaiteurs et surtout à Caritas  et CRS pour mobiliser ses partenaires de nouveau afin de soutenir ces vulnérables.

La charité à la Coped Caritas Bururi, mille ménages assistés grâce aux contributions des partenaires et les Communautés Ecclésiales de base de Caritas

Envoyer Imprimer PDF

Au cours de la semaine du 12 au 17 mars, mille ménages composes d’environ onze mille personnes du diocèse de Bururi ont bénéficié d’une aide de non-vivres. L’ouverture de la semaine de distribution de cette aide a eu lieu à Kibago le lundi 12 mars 2018. Monsieur l’abbé Jean Claude Niyongabo, Secrétaire exécutif de COPED-CARITAS était sur place en compagnie d’une équipe chargée du monitoring de la distribution. Avec le curé du lieu, l’abbé Boniface Mbonimpa, ils ont exhorté les bénéficiaires à bien s’approprier de ce qui va leur être donné comme un signe de charité de la part de tous ceux qui ont contribué pour la réussite de cette aide à savoir; le H.C.R., le Réseau Caritas Burundi, COPED-CARITAS, les paroisses et tous les autres qui ont œuvré pour venir à bout de ce projet.

altalt

L’aide ressemblait à une poignée de charité de la semaine du Carême de partage. Elle a été distribuée par COPED-CARITAS BURURI en collaboration avec CARITAS BURUNDI, sur un projet dont les fonds proviennent en grande partie du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugies (H.C.R.). L’aide est composée de différents kits: un kit dit « général », un kit dénommé « construction »,  un kit « agricole » et un kit dit « solaire ». Tous les quatre ont été distribués à des ménages identifiés comme vulnérables vivant dans les paroisses de Kibago, Butwe, Mugamba, Kibezi et Murago et pourra être étendue à d’autres dans l’avenir.

Les bénéficiaires avaient été identifiés et classés en différentes catégories par les comités paroissiaux de la Caritas à partir des communautés ecclésiales de base, et ils avaient été ensuite listés selon les niveaux de gravités de leurs multiples vulnérabilités.

Au total, mille ménages ont bénéficié de cette aide. Le kit général est fait d’une couverture, un sceau et un bidon de cuisine, quatre savons de lessive et d’une Carte d’Assistance Maladies (C.A.M.). Le kit agricole quant à lui est fait de deux houes et deux manches, ainsi qu’un pagne. Ensuite il y a le kit solaire qui comprend une lampe de table rechargeable à l’énergie solaire ; elle est équipée d’une prise électrique sur lequel le ménage pourra brancher l’un ou l’autre appareil d’utilisation mobile. Celui-ci a été distribué aux ménages qui ont des enfants et des jeunes en cours de scolarité. Vient enfin en dernier lieu le kit construction qui comprend trente  tôles, une porte, deux fenêtres, six kilos de clous, quinze perches pour charpentes, et un kilo de fil à ligaturer. Pour ceux qui ont bénéficié du kit construction,  il convient d’ajouter qu’une modeste somme d’argent de contribution pour les travaux sera disponible aussitôt qu’ils auront commencés.

Nous avons demande a Monsieur l’abbé Boniface Mbonimpa, curé de la paroisse de Kibago de nous faire un commentaire sur cette action, il nous a indiqué que cette intervention de COPED-CARITAS est d’une très grande utilité pour les 250 ménages de vulnérables de sa paroisse qui en ont bénéficié sans tenir compte de leurs appartenances religieuses, surtout que selon lui un certain nombre d’entre eux vivent à la limite de la misère.

En tous cas cette aide aura été accueillie comme une bouffée d’oxygène pour les vulnerables qui en ont bénéficié. La joie était bien lisible sur leurs visages parfois émaciés par l’âge, la pauvreté ou les handicaps physiques qui pèsent sur eux. De quoi stimuler les communautés chrétiennes à avoir le cœur et la main plus généreux surtout pendant les jours du carême; car c’est bien de cela que vivront les pauvres.

Zenon Nzeyimana.

P F Communication

COOPED CARITAS BURURI

Page 9 sur 15