SITE DU RESEAU CARITAS BURUNDI

Célébration de la Fête de la nativité du Christ : Dans la charité et la justice, allons à la rencontre de celui qui vient

Envoyer Imprimer PDF

C’est en substance l’invitation adressée au personnel de Caritas Burundi lors de la séance de retraite spirituelle organisée à la veille de la célébration de la fête de la nativité de notre Seigneur Jésus Christ. La séance a permis au personnel de mieux intérioriser, de comprendre et de méditer davantage sur la mission qu’il est appelé à accomplir tous les jours.

retraitAu cours de cette séance de recollection qui a duré une heure de temps, il a été rappelé au personnel de Caritas Burundi, à travers l’enseignement de l’Abbé Stanislas KUBWIMANA, Directeur Académique au Grand Séminaire Saint Curé d’Ars, que tout chrétien doit s’efforcer de marcher dans l’amour de Dieu et du prochain. Il a ainsi fait comprendre que la charité est un regard de compassion vers l’autre en tant qu’être de besoin. En célébrant la fête de la naissance de Jésus, a-t-il fait remarquer, nous devons savoir que c’est lui le véritable Amour et le Prince de la justice qui veut que les pauvres soient secourus, que les malades guérissent et que les hommes s’aiment comme des Frères afin de témoigner qu’ils sont fils de Dieu.

Comme une institution de l’église ayant une mission d’être au service des plus vulnérables, Caritas Burundi doit puiser sa force dans celui qui est Alpha et Omega, en qui toute chose trouve sa perfection.

« Sans Jésus nous ne pouvons rien faire, cela veut dire qu’on ne peut pas vivre la charité sans être uni à Dieu, à sa parole. », a continué d’expliquer l’Abbé Stanislas KUBWIMANA   

Le concept d’amour auquel renvoie la charité doit être compris comme un mouvement descendant et ascendant. C’est pour cette raison, comme le précise l’Abbé Stanislas KUBWIMANA, que Caritas a le devoir d’éduquer au partage, au secours, au donner et au recevoir.

« C’est un mouvement réciproque. Même un pauvre promet au moins de prier pour celui qui le secourt. Un amour complet s’abrite dans la dynamique ascendante et descendante. Comme le dit le Seigneur, dans cet amour, nous devenons comme des sources d’eau vive », a poursuivi l’Abbé Stanislaslas KUBWIMANA dans son enseignement en citant l’évangile de Saint Jean, Chapitre 7, Verset 37à 38.

L’homme qui a la vocation d’aimer doit tendre vers le niveau le plus haut. Etant donné qu’il est appelé à imiter Dieu, il doit gravir tous les échelons d’amour jusqu’à l’amour dont Dieu aime ses créatures. L’Abbé Stanislas  KUBWIMANA indique qu’il s’agit de l’ascension dans l’amour ; de l’instinct naturel au don de soi ; de l’égoïsme à l’altruisme.

A travers cet enseignement, le personnel de Caritas a également compris que la charité fait appel à la justice.

« L’amour ne se réjouit pas de l’injustice. Quand on aime, on essaie d’agir rapidement pour secourir. Car la charité considère tout besoin chez autrui comme un appel lui adressé. La charité est l’amour de Dieu et du prochain », a encore une fois fait remarquer Abbé Stanislas KUBWIMANA avant d’ajouter que la justice mène à l’onction et à la gloire de Dieu.

Le personnel de Caritas Burundi a beaucoup apprécié cet enseignement en précisant que le contenu a touché aussi bien le cœur  que le cerveau.

La retraite spirituelle a été suivie par une messe d’action de grâce et un échange de vœux de Noel entre la Direction de Caritas Burundi  et tout son personnel.  

Mise à jour le Samedi, 25 Décembre 2021 15:21

Caritas Burundi s’engage résolument sur la voie de consolider ses stratégies en vue d’être une Caritas véritablement Communautaire

Envoyer Imprimer PDF

Cette volonté a été traduite lors des assises du Forum pays, édition 2021 que Caritas Burundi vient d’organiser à Bujumbura au Mont Sion Gikungu les 14 et 15 Décembre. Placées sous le thème « Consolidation de l’identité de Caritas en vue d’une Caritas Communautaire à travers une Politique de la Sauvegarde et de la Protection Sociale », les travaux de ces assises ont été solennellement ouverts et clôturés par le Président de la Conférence des Evêques Catholiques du Burundi, l’Evêque du Diocèse de Muyinga, son excellence Monseigneur   Joachim NTAHONDEREYE. 

          president caritas bdi

C’est devenu institutionnel.  Caritas Burundi organise chaque année depuis 2013 les assises du forum pays à l’intention de ses partenaires en vue de faire une évaluation de ses interventions en matière de la pastorale de charité et dégager des stratégies à adopter pour améliorer davantage ses prestations au service des personnes vulnérables. Cette année, ce forum a été organisé à Bujumbura, au Mont Sion Gikungu avec cette noble vision de Consolider l’identité de Caritas en vue d’une Caritas Communautaire à travers une Politique de la Sauvegarde et de la Protection Sociale.

Dans son mot d’accueil ,  le Président de Caritas Burundi en même temps  Evêque  du Diocèse de Ngozi, son Excellence Monseigneur Georges BIZIMANA , a rappelé  que le forum pays est un cadre privilégié  permettant  aux  membres du Réseau Caritas Burundi et aux organisations  partenaires de  se rencontrer en vue  d’harmoniser leur façon de voir et de comprendre leur mission, étant donné qu’ils sont tous appelés à contribuer pour le développement intégral de la personne humaine en général, et de façon particulière, pour venir au secours des pauvres et des victimes des calamités et des  catastrophes naturelles.  Convaincu que l’ennemi à combattre est commun à toutes les sociétés, le Président de Caritas Burundi a indiqué que la meilleure façon de l’affronter est d’agir en parfaite synergie.

« Dans la mesure où nous travaillons en Eglise, le souci de promouvoir la dimension caritative doit être le nôtre. L’occasion m’est offerte pour interpeller tous les partenaires afin que nous puissions harmoniser nos façons d’exprimer notre engagement dans le social », a renchéri, Monseigneur Georges BIZIMANA, Président de Caritas Burundi.

La même volonté de travailler en partenariat a été exprimée par le Président de la Conférence des Evêques catholiques du Burundi, Monseigneur Joachim NTAHONDEREYE dans son discours d’ouverture et de clôture solennelle des activités des assises du Forum pays de Caritas Burundi, édition 2021.

« Nous réaffirmons l’exigence du partenariat pour une pastorale sociale plus incisive. Caritas Burundi ne saurait se passer de travailler en synergie avec d’autres organisations partageant la même vision avec elle. Elle ne saurait pas aussi se passer du partenariat même avec d’autres organisations non confessionnelles engagées en faveur de l’assistance sociale et du développement », a précisé Monseigneur Joachim NTAHONDEREYE, Président de la Conférence des Evêques Catholiques du Burundi.

Le Président de la Conférence des Evêques Catholiques du Burundi a par ailleurs indiqué que ce Forum pays est organisé au moment où l’Eglise Catholique s’est déjà engagée à éveiller dans toutes ses composantes le sens de la synodalité de marcher et de travailler main dans la main dans la diversité mais en partageant les mêmes perspectives.

« Nous nous réjouissons de pouvoir donner, a travers ce forum pays, l’espace qu’il faut à l’expression de ces divers engagements pour une même cause », a fait remarquer Monseigneur Joachim NTAHONDEREYE.

Des pistes menant à la promotion d’une Caritas véritablement communautaire à travers la politique de la sauvegarde et de la protection sociale ont été dégagées tout au long des travaux de ces assises de l’atelier Forum pays de Caritas Burundi, édition 2021. Il s’agit entre autres :  d’avoir le souci d’une réponse immédiate face aux nécessiteux ; d’être capable de poser le geste juste et au moment opportun ; d’agir avec des actions techniquement correctes et qui manifestent une attention du cœur ; d’agir en toute indépendance vis-à-vis des partis et des idéologies ; de ne pas se servir de la charité pour imposer la foi de l’église pour ne citer que ceux-là.

Outre le Président de la Conférence des Evêques Catholiques du Burundi et le Président de Caritas Burundi ,   ce forum pays  a vu la participation de  l’Archevêque du Diocèse de Bujumbura son Excellence Monseigneur, Gervais BANSHIMIYUBUSA ; de l’Evêque du Diocèse de Bubanza, Son Excellence Monseigneur, Jean NTANGWARARA ;de l’’Evêque du Diocèse de Ruyigi, Son Excellence Blaise NZEYIMANA ;de l’’Evêque du Diocèse de Rutana, son Excellence Monseigneur Bonaventure     NAHIMANA ;  du  Vicaire Général du Diocèse de Bururi, Monseigneur Léonidas NITEREKA ;  du  Secrétaire Général de la CECAB, Abbé Christian NZINAHORA ;  du  Secrétaire Général de Caritas Burundi, Abbé Jean Baptiste HAKIZIMANA ; des membres du comité exécutif de Caritas Burundi ;    des Secrétaires Exécutifs des Caritas diocésaines ainsi que des représentants des   Caritas sœurs et des organisations partenaires de Caritas Burundi.

Mise à jour le Jeudi, 16 Décembre 2021 14:01

ADDENDUM AU DAO N° CARITAS-BDI-PAMIA-nut/01/F/2021

Envoyer Imprimer PDF

Caritas Burundi informe le public et en particulier les personnes morales et physiques ayant acquis le Dossier d’Appel d’Offres (DAO) n° CARITAS-BDI-PAMIA-nut/01/F/2021 relatif à la fourniture des moulins, tubes métalliques et boîtes à baguettes que les spécifications techniques des moulins et tubes métalliques à télécharger sur ce lien.

Mise à jour le Lundi, 13 Décembre 2021 16:35

Célébration de la journée des pauvres : L’Archidiocèse de Bujumbura et le Secrétariat Général de Caritas Burundi appellent les communautés à faire plus de solidarité pour une résilience forte à la pauvreté

Envoyer Imprimer PDF

« Amour, compassion et solidarité » avec les pauvres tels sont les concepts ayant servi de leitmotiv aux différents messages prononcés lors de la célébration le 14 novembre à la paroisse de Magara, au sud de l’Archidiocèse de Bujumbura, de la journée Internationale dédiée aux personnes en situation de précarité, la cinquième édition. La célébration de cette journée a été présidée par l’Archevêque de Bujumbura, Monseigneur Gervais BANSHIMIYUBUSA en présence du Secrétaire Général de Caritas Burundi, l’Abbé Jean Baptiste HAKIZIMANA et des Représentants de l’Administration au niveau communal et provincial. Cette journée a été par ailleurs célébrée dans tous les diocèses du Burundi au niveau des paroisses avec une attention particulière des évêques.

photo_magara
La paroisse de Magara choisie par l’Archidiocèse de Bujumbura pour marquer la célébration, au plus haut niveau, de la cinquième journée mondiale des pauvres est parmi les endroits dont une partie de la population a été touchée par le débordement des eaux du lac Tanganyika survenu au cours des quatre premiers mois de l’an 2021.Malgré les sillages de cette catastrophe, le curé de cette paroisse, l’Abbé Innocent BANDYATUYAGA se réjouit que  les fidèles ont donné le meilleur d’eux même pour  la réussite de l’organisation de cette journée.

 Après le mot d’accueil du curé de la paroisse, la messe d’action de grâce a été ouverte par la lecture aux chrétiens du message du Pape livré à cette occasion dont le contenu a été traduit en langue nationale, le Kirundi par Caritas Burundi. Dans son homélie, l’Archevêque de Bujumbura, Monseigneur Gervais BANSHIMIYUBUSA a demandé aux chrétiens de faire preuve d’amour et de fraternité en partageant avec les autres tous les biens et richesses qu’ils ont eus de Dieu.

« Partager avec les pauvres, c’est partager avec Jésus lui-même. Dans l’amour et la solidarité nous serons plus résilients à tous les moments difficiles qui nous arrivent quel que soit leur niveau de gravité ; les malheurs deviennent plus fragilisant pour des gens qui ne vivent pas en parfaite cohésion sociale », a-t-il précisé tout en s’appuyant sur l’évangile et sur le message du Pape François placé sous le thème, « Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous ». Monseigneur Gervais BANSHIMIYUBUSA a par ailleurs attiré l’attention des fidèles qu’il y a des gens qui sont considérés comme des personnes riches alors qu’ils sont plus pauvres que les pauvres. Il s’agit, a-t-il fait remarquer, des gens qui ne savent pas Dieu. Il a clôturé son homélie en implorant le Dieu Tout Puissant pour qu’il continue de consolider aux chrétiens cette volonté et cette disposition de partager avec les pauvres afin de rompre la sombre solitude et la discrimination dont ils sont souvent victimes.

Prenant la parole à la fin de la messe, le Secrétaire Général de Caritas Burundi, l’Abbé Jean Baptiste HAKIZIMANA a remercié tous ceux ayant contribué à la bonne réussite de l’organisation de la journée des pauvres dans l’Archidiocèse de Bujumbura et dans les autres Diocèses du Burundi. Il a ainsi profité de cette occasion pour lancer un message de réconfort et de sympathie envers les personnes en situation de précarité.

« Chers Parents, chers Frères et Sœurs en situation de pauvreté et de vulnérabilité, la vie que vous menez pour le moment n’est ni une fatalité ni un châtiment de Dieu. Ce qui vous est arrivé peut arriver à n’importe qui d’entre nous. Que la situation de pauvreté ne soit en aucun moment un prétexte d’exclure ou de déconsidérer qui que ce soit. Les pauvres gardent leur dignité divine et c’est pourquoi l’église se préoccupe toujours d’eux » a-t-il signalé. 

Afin de mieux toujours servir les pauvres, le Secrétaire Général de Caritas Burundi sollicite une implication accrue des organisations qui contribuent dans les œuvres de Charité conformément à la recommandation de Caritas Internationalis.

  « Aux membres de la communauté Emmanuel, aux membres des groupes Laudato Si pour la protection de l’environnement, aux membres des Associations dénommées Santé pour Tous…, que les membres de toutes ces structures puissent mettre à profit leurs compétences. C’est de cette manière que nous pourrons bien accomplir notre mission, celle d’être au chevet des personnes pauvres et vulnérables et dans le respect de leur dignité »

A la paroisse de Magara, les vivres et non vivres collectés par les fidèles au niveau des communautés ecclésiales de base, des biens rassemblés par diverses associations bénévoles œuvrant dans le domaine de la charité ainsi que des vivres et non vivres collectés au niveau de l'ODDBU Caritas Bujumbura et de la Caritas Burundi ont été donnés aux pauvres sélectionnés par les responsables des communautés ecclésiales de base. A cette même occasion, l’archevêque de Bujumbura, le Secrétaire Général de Caritas Burundi, le Secrétaire Exécutif de la Caritas de Bujumbura, ainsi que d'autres prêtres et religieux présents ont partagé le repas avec plus de 200 pauvres de cette Paroisse.

Pour rappel, la journée Internationale des pauvres a été instituée par le Pape François en 2017.Depuis, elle est célébrée au 33ème Dimanche de chaque année liturgique.

Mise à jour le Mercredi, 24 Novembre 2021 06:34

Page 1 sur 20