IKAREMA 2018: "URUKUNDO RWA BENSHI RUZOHOROROKERWA BITUMWE N'UKO AKABI KAZOBANDANYA KONGEREKANA" (Matayo 24,12)

PHOTOS DES REALISATIONS DU RESEAU CARITAS BURUNDI

JA slide show

SITE DU RESEAU CARITAS BURUNDI

L’ODDBU Caritas Bujumbura en pleine sensibilisation des curés des paroisses et des membres des Caritas pour le Carême de partage

Envoyer Imprimer PDF

A la deuxième semaine  du Carême,  l’ODDBU Caritas Bujumbura est entrain de descendre dans les paroisses pour sensibiliser les curés des paroisses ainsi que  les membres des Caritas paroissiales afin de se préparer au Carême de partage 2108.

oddbu foto densemble r

Jeudi  le 22 février 2018, le  Secrétaire Exécutif de l’ODDBU Caritas Bujumbura a organisé une conférence à la paroisse Saint Michel .Tous les curés des paroisses ainsi que les représentants des Caritas paroissiales du vicariat de Bujumbura  étaient au rendez-vous pour échanger comment s’organiser pour le prochain  Carême de partage.

Dans son exposé, l’Abbé Alphonse Ndabiseruye Secrétaire Exécutif de cette organisation de l’Archidiocèse de Bujumbura a montré aux participants la structure de Caritas de la base au sommet sans oublier les valeurs de  cette organisation créée pour témoigner de l’amour de Dieu qui est l’une des missions de l’Eglise Catholique.

« Les laïcs ont un grand rôle dans le développement de  la paroisse et celle-là doit être un pôle de développement dans sa zone » .A expliqué  Abbé Alphonse aux prêtres et laïcs confiés à cette activité de sensibilisation au Carême de partage.

Les participants à cette séance ont été informés des moyens de se développer malgré la misère qui sévit dans tout le pays. A coté de la sécurité selon d’ailleurs le Pape Saint Paul VI qui disait que la paix est le nouveau non du développement, le conférencier a montré les étapes du développement. C’est notamment la Conscience, le changement de mentalités, découvrir la richesse cachée en nous, travailler et renforcer le partenariat

oddbu foto densemble r11oddbu foto densemble r1

Dans son style imagé, Abbé Alphonse a bel et bien démontré qu’avec la tête, le cœur et les bras, Dieu a fait tout pour l’homme pour être appelé riche. La tête est synonyme de l’intelligence, des connaissances qui deviennent des projets pour la société, le cœur  qui est signe des valeurs positives, de l’amour ainsi que le patriotiSMmène vers le développement, et enfin les bras qui sont amour du travail et le respect du temps.

Pour développer toutes ces notions , Abbé Alphonse Ndabiseruye voulait montrer aux participants qu’ils ont tout le nécessaire pour se développer et être utile aux autres afin de mieux organiser la solidarité. Cette rencontre organisée dans le vicariat de Bujumbura est la troisième après celle de Muramvya et Buhonga dans l’Archi diocèse de Bujumbura.

Déroulement du Carême de partage

Avec les curés des paroisses et les membres des Caritas paroissiales, ODDBU Caritas Bujumbura s’est félicitée pour avoir mobilisés plus de moyens pour le Carême de partage 2017  et  ils ont adopté de nouvelles  stratégies pour renforcer la mobilisation au Carême de partage 2018. Des conférences vont se poursuivre dans les paroisses et chaque communauté va s’organiser à son tour.

La semaine dédiée à la collecte du Carême de partage sera ouverte dimanche le 04 mars 2018 pour être clôturée dans la messe dominicale du 11 mars 2018.  Caritas Burundi va continuer la mobilisation des acteurs économiques pour les amener à contribuer dans le Carême de partage. Le même travail de sensibilisation se poursuit dans les autres diocèses pour que tous les chrétiens se mobilisent autour du message du Saint Père qui nous appelle à nous mobiliser en faveur de nos communautés. Sous le thème « Combattrons le mal pour ne pas refroidir la charité de la plus part des hommes » ,soyons attentif aux pauvres qui sont avec nous pour faire avancer le royaume de Dieu ici bas.

9 morts et plusieurs blessés des vents violents dans le diocèse de Bururi

Envoyer Imprimer PDF

Des vents violents mêlés de fortes pluies se sont abattus sur les rives du lac Tanganyika dans  la province  de Rumonge en Diocèse de Bururi c’est dans le sud du pays. Cette catastrophe a causé la mort de 6 pêcheurs qui étaient dans le lac Tanganyika dans la nuit de dimanche. Le lendemain, lundi 19 février, 3 autres fideles d’une église protestante sont morts. Ils  étaient entrain de prier dans une église en construction et le vent a emporté le toit entraînant également plusieurs blessés. Cette église se trouve dans la paroisse Minago dans le même diocèse.Les survivants ont été emmenés  dans les hôpitaux de la localité et la commune a contribué pour l’enterrement de ces morts.

rr3

altalt

La COPED Caritas Bururi a organisé une descente pour effectuer une visite aux rescapés et voir ce qu’elle peut contribuer pour alléger la souffrance des communautés et s’adapter à la gestion de ces catastrophes qui s’abattent souvent dans cette zone.

Le Secrétaire Exécutif de Caritas Bururi accompagné des points focaux communication et urgences ont constaté que les pécheurs du Lac  se jettent dans l’eau sans gilets de protection qui pourraient réduire les cas de décès en cas des vents violents. Le lac Tanganyika fait souvent des victimes dans les rangs des pêcheurs et jusqu’aujourd’hui, il manque un moyen de sauvetage pour les survivants.

                                                                                                                                          Zénon Nzeyimana

                                                                                                                                       P. F Communication

                                                                                                                                         COPED  Caritas Bururi

Mise à jour le Mercredi, 21 Février 2018 07:33

BADEC-Caritas Ngozi se joint aux malades de l’Hôpital Autonome de Ngozi pour la célébration de la journée internationale dédiée aux malades

Envoyer Imprimer PDF

BADEC-Caritas Ngozi accompagné par les représentants des Formations Sanitaires Agréées du Diocèse Ngozi, s’est joint aux malades, gardes malades et au personnel soignant de  l’Hôpital  de Ngozi dans une messe d’action de grâce, à l’occasion de journée internationale dédiée aux malades. La célébration eucharistique a vu la participation de l’Abbé Gabriel MANARIYO ; Aumônier de l’Hôpital, l’Abbé Nicolas NIVYUBUSA ; Titulaire du Centre de Santé (CDS) de Mivo, l’Abbé Didier BIMENYIMANA Secrétaire Exécutif du BADEC-Caritas Ngozi et l’Abbé Pasteur MINANA ; Directeur de l’Hôpital de Kiremba. Ces activités ont été organisées dimanche le 11 février 2018.

 altalt

Dans son mot introductif, l’Abbé Gabriel a procédé à la présentation des prêtres qui se sont venus se joindre à eux. Il a profité d’occasion pour remercier les autorités administratives de l’hôpital, qui, malgré leurs lourdes responsabilités, ont accepté que cet évènement de marque dans le Diocèse de Ngozi soit déroulé dans les locaux de l’hôpital en plus de leur réponse à l’invitation.

« Dans son homélie, le SE  est revenu sur la parole de la journée. La 1ere lecture (Livre de Levi (13, 1-2. 45-46) parle du comportement et de l’habillement que devraient prendre une personne atteinte de la lèpre. L’Evangile de Jésus selon Marc (1,40-45) quant à elle, parle de la délivrance d’un lépreux par Jésus. Jésus ne voulait pas que cette nouvelle se répande dans la ville, mais une bonne action ne se cache pas. La personne guérie n’a pas tardé à courir et à crier à haute voix qu’elle est délivrée. Raison pour laquelle l’Hôpital de Ngozi est l’un des hôpitaux les plus fréquentés de par leurs bonnes actions et assiduité au travail. Il a terminé en disant qu’être malade ou garde malade est comparable au chemin de la croix de Jésus. »

altalt

« Prenant la parole, le Directeur Adjoint Chargé des Soins (DACS), Docteur UWAMAHORO Agapit, a remercié ceux qui ont pensé et mettre en œuvre cette journée. Il a en outre fait savoir que l’Hôpital de Ngozi fait face à de nombreux défis : le personnel insuffisant, le nombre de patients qui double 317 lits disponibles, la plupart des patients sont des pauvres. Il a lancé un cri d’alarme à tout âme charitable de venir en aide aux patients qui fréquentent cet hôpital. Il n’a pas oublié de faire un clin d’œil aux patients et leurs gardes malades qu’il y a des voleurs qui se font déguisés en malades afin de prendre tout sur leur passage. »

A la sortie de la messe, le personnel du BADEC-Caritas Ngozi accompagné de celui de l’Hôpital, a posé un signe de solidarité par la distribution du riz, du savon et des vêtements aux malades les plus nécessiteux.

                                                                                                               NKURUNZIZA Marius

                                                                                                                PFC au BADEC-Caritas Ngozi

SOPRAD Caritas Ruyigi organise une assemblée générale pour consolider le réseau Caritas

Envoyer Imprimer PDF

Sous la présidence de son Excellence l’Evêque du Diocèse de Ruyigi ,  SOPRAD Caritas Ruyigi a organisée une assemblée générale des membres le 02 Février 2018.Dans son discours d’ouverture, l’évêque du diocèse de Ruyigi a souhaité la bienvenue à tous les participants. Il  a indiqué que la SOPRAD Caritas Ruyigi est un membre du réseau Caritas dont l’ambition est de devenir une organisation ayant la valeur d’un  artisan de paix.

L’évêque est revenu sur l’orientation pastorale visant le développement économique dans le diocèse  de Ruyigi. Cette orientation se trace en lignes suivantes : La bonne  volonté pour le  développement, la lutte contre la paresse et l’entreprise  des actions génératrices de revenus, avoir un esprit de communion et la volonté de partager le peu dont on dispose et avoir le souci de respecter et de protéger le bien commun.

assemble 1

Dans tout cela, l’évêque a interpellé tout un chacun à avoir des plans clairs, en ayant une vision et l’espérance d’atteindre le développement. Pour les croyants, a-t-il indiqué, tous les projets doivent s’inscrire dans le plan de Dieu et se réaliser selon sa volonté. Qui se passe de la volonté de Dieu ne peut pas avoir des succès dans ses réalisations. Nos capacités intellectuelles et artistiques sont l’émanation de l’ingéniosité de Dieu.

La jeunesse doit être éduquée de manière à ce qu’elle grandisse tout en étant soucieuse du développement, gage de son avenir. Pour que la SOPRAD Caritas Ruyigi se développe, il est plus que nécessaire que la population du diocèse aime le travail et fassent des actions allant dans le sens de promouvoir le travail, afin que ses fruits puissent profiter à tout le monde. Il importe également de penser chaque fois à la forme de l’avenir et éviter d’être bloqué par le présent, a poursuivi le pasteur.

Après l’allocution d’ouverture, le Secrétaire Exécutif de la SOPRAD –Caritas Ruyigi a présenté les points qui étaient à l’ordre du jour, et les activités proprement dites ont été entamées.

S’agissant  des réalisations, au cours de l’année 2017, plusieurs activités ont été accomplies :

assemeble 2

  1. Dans le domaine agro pastoral, 13 604 familles ont été accompagnés et encadrés et 11289 caprins ont été offerts à 5105 bénéficiaires.
  2. Dans le domaine des infrastructures sociales, nous avons construit 6 salles de classes en matériaux durables et 4 salles de classe en matériaux semi durables.
  3. Dans le domaine de l’assistance et de promotion sociale, pendant le carême de partage, on a pu collecter un montant qui s’élève à 9.927.270 Fbu dont 4.767.685 Fbu  qui ont directement versé sur le compte du Secrétariat National de Caritas Burundi. La Soprad Caritas Ruyigi a également assisté les victimes des catastrophes naturelles : à Gisuru avec la réparation du L.Co Gisuru et ECOFO Nkero.46 ménages  plus vulnérables de Gisuru, chacune devait recevoir 100 000 Fbu pour l’achat des semences pour la saison culturale 2018B. Des vivres et des non vivres ont été remis aux prisonniers et aux centres d’accueil des orphelins, des vieillards et des handicapés de Busoro, Muremera et Kayongozi. La SOPRAD Caritas Ruyigi a aussi participé dans l’accueil et dans l’assistance de plusieurs rapatriés venus des pays d’asile en collaboration avec Caritas Burundi. Elle a en outre participé à l’assistance des refugiés congolais de Bwagiriza et de Kavumu
  4. Dans le domaine santé nutrition, elle a tenu des réunions de coordination des FOSA et de sensibilisation des titulaires des CDS pour contribuer aux frais de coordination et a équipé le laboratoire de l'hôpital de Rusengo. Avec Caritas Burundi, la SOPRAD Caritas Ruyigi a distribué 296 800 moustiquaires dans le cadre du projet   MIILDA. Elle a aussi aidé les travailleurs des FOSAs à intégrer les mutuelles de santé.
  5. Dans le domaine de justice et paix, les activités suivantes ont été réalisées, l’organisation des séances d'échange et de conscientisation des victimes, témoins et présumés auteurs des crimes,  la Sensibilisation des membres des communautés aux valeurs de vérité, de pardon et de réconciliation,  l’organisation des journées de célébration de mémoire des disparus et autres événements mémoriaux, l’organisation de  la célébration d'une journée diocésaine de pardon et de réconciliation, la formation des jeunes ruraux à la prévention des crises sociales et au renforcement de la cohésion, à travers des ateliers d’échanges et de formation, l’organisation des activités culturelles des associations des jeunes ruraux en vue de les informer et les orienter dans la dynamique de réconciliation, l’accompagnement des jeunes ruraux regroupés dans des associations d’auto développement dans l’exercice des  activités génératrices de revenus (AGR), l’éducation des élèves membres des clubs Justice et paix aux valeurs humaines et à la culture de l’excellence dans le milieu scolaire et la sensibilisation des responsables scolaires et des éducateurs des établissements scolaires à l’amélioration de l’éducation des jeunes aux valeurs humaines

Après avoir parlé de la situation financière qui connait aujourd’hui de sérieux problèmes suite à la crise que connait plusieurs organisations mais aussi des activités prévues pour l’année 2018 qui pour la plupart sont une prolongation de celles réalisées en 2017 et des divers, l’évêque a félicité l’assistance pour avoir répondu à l’invitation et pour leur active participation. Faisant la synthèse de ce qui venait d’être accompli, l’évêque a indiqué aux participants qu’il y a un projet de renommer   la SOPRAD pour devenir tout simplement Caritas Ruyigi. Il a en outre indiqué qu’il faut planifier des projets bénéfiques non simplement aux groupes cibles directs, mais aussi aux personnes de l’entourage qui ne sont pas des bénéficiaires directs des projets. Selon lui, les dividendes d’un projet doivent profiter à tous les habitants du diocèse via les personnes visées par l’intervention. Suivant l’expérience du personnel soignant de Muyaga qui, aujourd’hui dispose des mutuels de la fonction publique, l’évêque a encouragé les autres structures sanitaires à imiter ce bon exemple afin que leur personnel soit reconnu par la mutuelle de la fonction publique. En vue de pérenniser les actions de SOPRAD Caritas Ruyigi et de soutenir sa longévité, il a été unanimement convenu que désormais, les chrétiens du diocèse, ayant obtenu la confirmation, seront invités à donner une contribution financière afin que l’organisation poursuive son œuvre de promouvoir le développement et la solidarité dans le Diocèse de Ruyigi.

Concernant les catastrophes naturelles qui peuvent arriver aux populations du diocèse, l’Evêque a demandé aux curés et aux autres proches collaborateurs de donner des informations dans les brefs délais pour qu’il y ait l’organisation de l’assistance qui puisse répondre aux besoins immédiats. Il n’a pas oublié d’invoquer l’aspect de solidarité entre chrétiens si jamais il n y a aucun partenaire financier qui interviendrait dans l’immédiat.

Plusieurs conseils ont été prodigués à l’égard des participants afin que chacun puisse se sentir membre effectif de la SOPRAD Caritas Ruyigi comme une organisation qui leur appartient et qui a la vision de transformer le monde en une communauté de frères.

Toutes ces actions ont été réalisées grâce à l’appui financier des organisations comme Caritas Internationalis (CI.be), MISEREOR,  Secours Catholique Caritas France,  IFDC,  Royaume FAO, UNHCR/PAM et au Gouvernement du Burundi. Notons qu’une autre assemblée générale aura lieu en date du 23 octobre 2018.

                                                                                                                                         Juvénal NDAYIZEYE

                                                                                                                                            P.F Communication 

                                                                                                                                              SORAD Caritas Ruyigi

Caritas Burundi, World Vision et BMZ du gouvernement allemand ensemble pour lutter contre l’insécurité alimentaire à Muramvya et à Kayanza

Envoyer Imprimer PDF

Pour marquer le démarrage du Projet d’Appui aux ménages affectés par l’insécurité alimentaire et nutritionnelle dans les provinces de Kayanza et Muramvya dans le centre du Burundi, les membres de Caritas Burundi , ceux de World Vision Burundi, World Vision Allemande et les représentants du bailleur BMZ du ministère allemand de la Coopération économique et du développement se sont retrouvés dans un atelier de présentation du projet en date du 07 au 08 février 2018.

bmz

Cette rencontre a vu la participation d’une vingtaine de participants issus de ces organisations partenaires qui vont s’occuper de la mise en application de ce programme. En tout plus de 2100 ménages  et 11 550 personnes des provinces de Muramvya et Kayanza à raison de  300 ménages par commune seront assistés. Les 5 communes de la province de Muramvya ainsi que Rango et Muhanga de la province Kayanza seront les cibles du projet. Les femmes et les jeunes enfants qui sont plus vulnérabilisés par l’insécurité alimentaire  sont les bénéficiaires de ce projet.

Le projet consistera à identifier des cultures adaptées à la région riche en nutriments, la création des champs écoles, l’aménagement des courbes de niveau  et des fosses à compost sans oublier la distribution  des petits animaux d’élevage aux personnes identifiés dans les deux provinces .

Ce projet vise la réduction de l’insécurité alimentaire qui est une des principales ménaces de la population burundaise depuis quelques années dans le pays. Les deux provinces ciblées sont cités également parmi les zones les plus touchées par ce phénomène.

Ce n’est pas par hasard que Caritas et World Vision marchent ensemble. Les deux ont des points communs, il s’agit des organisations chrétiennes engagées dans l’humanitaire pour l’intérêt de la population Burundaise

Page 1 sur 18